"Vous avez une vertèbre déplacée": FAUX!

"déplacé", voilà un terme que l'on entend fréquemment lorsque l'on parle d'ostéopathie.

il s'agit peut-etre là d'un détail sémantique, mais si l'on considère que "déplacé" signifie changé de place, je vous laisse imaginer ce qu'une vertèbre déplacée implique: au mieux un fauteuil roulant, au pire la mort. Pour une épaule ou un cheville, celà équivaudrait à une luxation: moins grave mais plus adapté aux urgences qu'à un cabinet d'ostéopathie.

Alors, pourquoi ce terme est-il tant apprécié des ostéopathes, kiné, médecins et autres thérapeutes? en tout cas il n'est pas adapté aux maux que l'ostéopathe est susceptible de soigner. Utilisons plus simplement les mot "bloqué" ou "vérouillé", peut-être moins spectaculaires, mais tellement plus justes.

Parlons efficacité!

Voilà une rubrique bien délicate, qui se veut lucide; mais qu'il me semble important d'aborder et de garder à l'esprit.

Si la science médicale en générale ne se fixe pas d’obligation de résultats mais de moyens, vous comprendrez qu’il en est de même pour l’ostéopathie.

 

L’ostéopathe doit tout mettre en œuvre pour comprendre la cause de votre douleur et la traiter. Mais, va-t-il trouver la bonne cause ? Va-t-il réussir à la traiter ? votre corps va-t-il bien réagir? C’est toute la difficulté et l’intérêt de ce métier.

 

Un professeur (d’ostéopathie) disait un jour à ses élèves « si vous avez 60% de réussite, soyez satisfaits » pas très encourageant tout ça me direz-vous. Si vous soustrayez à ça les 30% d’effet placébo inhérent à tout traitement, il reste 30% au crédit de l'ostéopathie!! Vous êtes déçus ?! Soyez certains que nous aimerions faire mieux, mais le corps est une machine complexe dont les rouages nous réservent bien des surprises et sur laquelle nous ne maîtrisons pas tout!

 

En résumé, n'attendez pas de miracle, mais sachez que tout est mis en oeuvre pour comprendre, analyser et traiter votre douleur.

"crac" ou pas "crac"!

pourquoi certains font craquer et d'autres non? est-ce dangereux? quel est ce bruit?

 

Le craquement souvent associé à l'idée même de l'ostéopathie, se produit dès lors que l'on mobilise une articulation de façon suffisamment rapide et intense pour entrainer une brusque séparation des surfaces articulaires. Chacun d'entre nous peut faire craquer ses doigts ou sentir craquer ses lombaire lors d'une rotation. L'explication retenue pour ce craquement est un phénomène d'échange gazeux au sein de l'articulation.

 

Le craquement n'est pas mauvais ou alarmant, le seul danger réside dans le fait qu'il est finalement assez simple à obtenir et peut devenir l'objectif du thérapeute ou du patient; mais il n'est pas un signe de réussite du traitement. il peut même, lorsque la technique n'est pas réalisée avec précision,  devenir un signe d'alerte.

 

Alors, le craquement n'est pas une finalité, il n'est ni indispensable, ni suffisant, il peut simplement accompagner certaines techniques.